Les dessins fabuleux d’un certain Zabihullah Mohammady

24 Juin
“Rostam contre le démon Akvan” , feutre couleur, 2018 (@Delgosha gallery)

 

C’est un univers résolument captivant et inhabituel qui décore les murs de la Galerie Art Base. Dépourvus de tout mimétisme ou de référence à l’Histoire de l’Art, les seize dessins de l’iranien Zabihullah Mohammady regorgent de personnages colorés et atypiques évoluant dans un registre épique. Une exposition réjouissante et étonnante rendue possible grâce à sa jeune curatrice Vida Dena et à sa collaboration avec la Galerie Delgosha basée à Téhéran.

Si un jour l’on vous parle de Zabihullah Mohammady ne faites pas semblant de le connaitre. Car cet iranien âgé de 78 ans, pas (encore !) connu, s’est mis à dessiner une fois à la retraite. Originaire d’un petit village de la Province montagneuse du Lorestan, Zabihullah Mohammady arrête sa scolarité à huit ans afin de subvenir aux besoins de sa famille. « Les habitants de ces villages étaient extrêmement pauvres il y a quatre-vingt ans, et les enfants devaient donc aller travailler pour aider leur famille ayant pour conséquence un taux élevé d’analphabétisation“ explique Vida Dena, artiste multidisciplinaire qui a découvert ses dessins lors d’une petite exposition collective à Téhéran. Subjuguée par son univers elle le contacte via son compte Instagram. Une relation de confiance s’installe entre eux durant une année. “Étant moi-même artiste je ne pense pas vraiment à acheter des œuvres d’art puisque je suis surtout concentrée à vendre les miens !» confie-t-elle joyeusement. Mais cette fois-ci c’est différent. Elle se met à acheter, un, puis deux, puis cinq dessins de ce monsieur dont elle découvre l’histoire particulièrement touchante.

De l’importance de la transmission orale

De ses huit ans à sa retraite, Zabihullah Mohammady travaille sans relâche sur les ports où il  charge et décharge les marchandises des bateaux. Dès l’enfance, son père qui ne sait pas du tout lire lui demande de mémoriser le célèbre « Livre des Rois » ( Shahnaméh) écrit par le grand poète Ferdowsi afin de lui raconter quotidiennement les histoires de cette épopée royale datée du XIème siècle. L’enfant tente tant bien que mal de déchiffrer les textes pour les apprendre par la suite par cœur. Plus tard à l’adolescence,  il se rend régulièrement dans  les “Naghal“ (café populaire et traditionnel)) de son village où un conteur (que l’on appelle un “Naghali“) vient raconter aux habitants les histoires de ces héros épiques sortis tout droit des fameux recueils de poésie. Grâce à son modeste apprentissage de la lecture et à son écoute attentive dans ces fameux cafés, Zabihullah Mohammady développe à son tour un don de conteur, attirant de plus en plus de voisins venant l’écouter chez son père. 

 

art4

Mir Norouz et Mir Najaf, feutre couleur, 2018 (Delgosha gallery)

art2

La ville des femmes, feutre couleur, 2018 (Delgosha gallery)

Des ânes, des femmes et un mollah

Après de longues années laborieuses de travail l’homme enfin libéré de toute obligation, se met à dessiner de façon si compulsive qu’il se réveille même en pleine nuit pour remplir des cahiers entiers peuplés d’hommes, de femmes, d’ânes, de paons, d’oiseaux de toute sorte flottant tête en l’air tête en bas, illustrant ces fameuses légendes englouties, digérées et répétées toute une vie durant. C’est ainsi qu’en 2018  après un an d’aller-retour à Téhéran, Vida Dena décide d’organiser une exposition à Bruxelles pour faire découvrir le travail de ce monsieur âgé .

Ce sont donc ces récits légendaires que l’on découvre ici avec des histoires d’amour impossible ( Shirin et Farhad) de terribles combats ( Rostam contre le démon Akvan), mais aussi certains passages du Coran ou de récits plus drôles et anecdotiques comme les  mésaventures du Mollah Nasreddine, un personnage très populaire en Iran ( Mollah Nasreddine et son âne). A l’aide de ses modestes feutres couleurs, Zabihullah Mohammady dessinent des personnages aux allures à la fois enfantines et caricaturales sans tenir compte d’aucune considération académique. La combinaison des traits jonglant entre maladresse et justesse absolue, l’absence totale de perspective, le remplissage hachuré des corps ou l’expressivité absurde des personnages dispersés à tout va dans l’espace sont autant d’éléments qui constituent la singularité de son univers.

 

art1

Une femme et deux paons , feutre couleur, 2019 (Delgosha gallery)

A l’état brut

C’est son histoire et son style « anti-système“ qui qualifie son travail d’art brut, un concept révélé en 1945 par Jean Dubuffet qui voulait bouleverser le statut d’œuvre d’art engoncé dans des règles conventionnelles. Car pour lui, contrairement aux autres, un artiste ne devait pas obligatoirement être sorti d’une école d’art pour créer quelque chose d’extraordinaire, bien au contraire ! Selon lui ( et à juste raison !) des autodidactes, des marginaux, des gens hors du système de l’art pouvaient donner naissance à une œuvre d’art totalement libre et libérée à l’esthétique puissante et à la formation d’un langage nouveau.

Un concept qui colle parfaitement aux dessins de Zabihullah Mohammady dont l’histoire personnelle et la production artistique inédite en font un diamant à l’état brut. A découvrir de toute urgence.

art3

Shirin et Farhad, feutre couleur, 2019 (Delgosha gallery)

art6

Nasreddine et son âne, feutre couleur, 2018 (@Delgosha gallery)

 

“Art brut épique d’Iran: Zabihullah Mohammady“, Art Base, 29, rue des Sables, 1000 Bruxelles,  jusqu’au 7 juillet. Ouvert ce dimanche 30 juin de 11h à 16h, Sur rendez-vous pour les autres jours ( Contact Vida Dena: 0032 488 66 91 24)

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :